Accueil > Actualités > Actualités santé > Papa, maman, je vais bien, ne vous en faites pas.

Envoyer à un ami
  Imprimer

Papa, maman, je vais bien, ne vous en faites pas.

Lundi, 10 Septembre 2012
adolescent

Tandis que les petits Français retrouvaient les salles de classe, l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation à la santé) publiait les résultats d’une enquête sur la santé des adolescents. Réalisée habituellement tous les quatre ans, cette enquête s’inscrit dans une large étude menée à l’échelle mondiale (40 pays) sous l’égide de l’OMS (Organisation mondiale de la santé). La dernière datait de 2006. Les données françaises ont été recueillies en 2010 auprès de 11.638 élèves âgés de 11 à 15 ans.

Qu’apprend-on à la lecture de cette enquête ? Que le bilan de santé des adolescents français est plutôt positif. Ces derniers estiment, à 88%, être en bonne, voire excellente, santé. La consommation de fruits et de légumes apparaît en hausse par rapport aux données de 2006, et les sucreries rencontrent moins de succès.

Même si le collège est la période scolaire la moins appréciée (en comparaison avec l’école ou le lycée), ils sont encore 68% à aimer l’école. Par rapport aux trente-neuf autres pays de l'enquête, les collégiens français sont moins stressés par le travail demandé par leurs enseignants.

Bien qu’elle confirme leur intérêt pour les écrans (télé et ordinateur), l’enquête révèle que les adolescents restent majoritairement sportifs : 65% des collégiens pratiquent un sport régulièrement. Malgré le développement des réseaux sociaux sur internet et les inquiétudes quant aux risques d’isolement de leurs utilisateurs, les adolescents ont globalement une vie amicale satisfaisante et 93% déclarent avoir au moins trois véritables amis.

Le tableau présente pourtant quelques points noirs. Le tabagisme semble gagner du terrain depuis 2006 et un élève de 3e sur six déclare fumer des cigarettes quotidiennement. Si les garçons sont plus précoces dans ce domaine, le retard accusé par les filles semble s’amenuiser.

De plus, le temps de sommeil s’écourte au fil de la scolarité, passant de 9h09 par nuit en moyenne chez les élèves de 6e à 8h08 pour ceux en classe de 3e. Pour 21% des élèves de 3e, le temps de sommeil quotidien moyen passe même sous la barre des sept heures. La télévision ou l’utilisation d’internet le soir contribuent à cette diminution du temps de sommeil. La fréquence des difficultés d’endormissement a augmenté, passant de 15% des adolescents en 2006 à 30% en 2010.

Enfin, si l’âge des premiers rapports sexuels reste stable depuis la dernière enquête, les résultats montrent une augmentation du nombre de rapports non protégés, associée à une utilisation accrue de la pilule du lendemain.

 

Source : La santé des adolescents à la loupe - Données françaises de l’enquête internationale Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) 2010. INPES, septembre 2012.

 
Envoyer à un ami
  Imprimer

Commentaires

Ecrire un commentaire




Nombre de caractères autorisés : 1000

En cliquant sur "Ajouter un commentaire", vous confirmez avoir lu et accepté les règles et conditions d'utilisation de l'espace participatif "Commentaires".
logo VIDAL
© VIDAL, 2009-2014.