Accueil > Maladies > Appareil locomoteur > Courbatures et crampes

Envoyer à un ami
  Imprimer

Les traitements des courbatures et des crampes

Mis à jour : Mercredi, 22 Avril 2015
Sommaire
Douleurs musculaires : crampes et courbatures
Les autres causes de douleurs musculaires
Que faire en cas de courbatures ou de crampes ?
Prévention des courbatures et des crampes
Les traitements des courbatures et des crampes

Les médicaments antalgiques

En cas de douleur, il est toujours possible de prendre un médicament antalgique par voie orale.

Des traitements locaux sont également destinés à soulager les courbatures par massage de la région douloureuse. Ces préparations contiennent des substances variées : anti-inflammatoires non stéroïdien (AINS) ou salicylates pour leur effet antalgique, camphre, eucalyptus ou menthol pour l’effet révulsif (provoquant une sensation de chaleur), myorelaxants.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi, 16 Avril 2015

Le symbole
est affiché à droite du nom des médicaments dont certaines présentations sont disponibles sans ordonnance.

Les décontracturants musculaires

Les décontracturants musculaires (ou myorelaxants) sont utilisés, en général sur de courtes périodes, dans le traitement d'appoint des contractures musculaires douloureuses, par exemple après une blessure. En décontractant le muscle, ils contribuent à lutter contre la douleur.

La quinine à faible dose

La quinine, extraite de l'écorce de quinquina, est prescrite à forte dose dans le traitement du paludisme et à faible dose dans le traitement d'appoint des crampes musculaires. Exceptionnellement, la quinine peut être responsable de réactions allergiques graves (troubles de la coagulation sanguine, hépatite, choc allergique). Pour cette raison, la quinine n'est disponible que sur prescription médicale et l’Agence du médicament a décidé de restreindre l’utilisation de ces médicaments au traitement des crampes nocturnes de l’adulte, après échec des mesures non médicamenteuses (hydratation, échauffement musculaire).
En l’absence d’efficacité au bout de quatre semaines de traitement, celui-ci ne doit pas être poursuivi.

Lire également : Crampes nocturnes : attention à la quinine.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi, 16 Avril 2015

Le symbole
est affiché à droite du nom des médicaments dont certaines présentations sont disponibles sans ordonnance.

Le thiocolchicoside

Le thiocolchicoside (COLTRAMYL et génériques) est un relaxant musculaire dérivé de la colchicine. Il diminue les stimulations nerveuses envoyées aux muscles par le cerveau, ce qui leur permet de se détendre.

Des études ont montré que le thiocolchicoside est dégradé dans le corps en une substance potentiellement nocive pour les cellules en division, ce qui peut nuire au développement du fœtus pendant la grossesse (avortement spontané) et entraîner une baisse de la fertilité chez l’homme. En conséquence, depuis avril 2014, son utilisation est contre-indiquée chez la femme enceinte, qui allaite ou susceptible d’être enceinte. Ses indications ont été restreintes au traitement de courte durée des contractures musculaires douloureuses en pathologie rachidienne (mal de dos essentiellement).

Consultez l'actualité : Spécialités à base de thiocolchicoside : AMM modifiées.

Le tétrazépam

Le tétrazépam (MYOLASTAN et ses génériques) est une substance qui fait partie de la famille des benzodiazépines, comme de nombreuses substances contre l'anxiété et les troubles du sommeil. Utilisé dans le traitement des contractures musculaires douloureuses, les études de pharmacovigilance ont mis en évidence des effets indésirables cutanés parfois graves voire mortels. Pour cette raison, une réévaluation du rapport bénéfice/risque des médicaments contenant du tétrazépam a été engagée en novembre 2012, au niveau européen. A la suite des résultats de cette réévaluation, il a été décidé en juillet 2013 de suspendre les autorisations de mise sur le marché de ces médicaments dans tous les états membres de l’Union Européenne. Ces médicaments ne sont plus disponibles dans les pharmacies depuis juillet 2013.

En savoir plus : Myolastan et génériques : suspension des AMM.

Les autres décontraturants

La méphénésine (DECONTRACTYL) est la substance décontracturante la plus ancienne et la seule toujours vendue sans ordonnance. Elle est parfois responsable de somnolence, de nausées, de vomissements et d'éruption cutanée.

Le méthocarbamol (LUMIRELAX) est également un relaxant musculaire. Ses effets indésirables sont une somnolence à forte dose, plus rarement des éruptions cutanées, des démangeaisons, de la fièvre et des conjonctivites, et exceptionnellement des vertiges, des maux de tête et des troubles de la vision. Le méthocarbamol peut également colorer les urines en vert-marron, sans conséquence clinique.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi, 16 Avril 2015

Le symbole
est affiché à droite du nom des médicaments dont certaines présentations sont disponibles sans ordonnance.

Des médicaments d’homéopathie ou d’oligothérapie à base de sélénium ou de potassium sont aussi proposés en cas de crampes.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi, 16 Avril 2015

Le symbole
est affiché à droite du nom des médicaments dont certaines présentations sont disponibles sans ordonnance.

D'autres méthodes décontracturantes non médicamenteuses sont également très recherchées par les sportifs : enveloppements chauds, massages, relaxation, etc.

Liste non exhaustive des produits de parapharmacie mise à jour : Jeudi, 16 Avril 2015



 
Envoyer à un ami
  Imprimer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×
logo VIDAL
© VIDAL, 2009-2015.