Accueil > Maladies > Cancers > Cancer du sein

Envoyer à un ami
  Imprimer

Les médicaments du cancer du sein

Mis à jour : Lundi, 19 Mai 2014
Sommaire
Cancer du sein
Les facteurs de risque de cancer du sein
Le dépistage du cancer du sein
Les lésions bénignes des seins
Symptômes et évolution du cancer du sein
Le diagnostic du cancer du sein
La chirurgie dans le traitement du cancer du sein
La reconstruction du sein après la chirurgie
La radiothérapie dans le traitement du cancer du sein
Les médicaments du cancer du sein
Après le traitement d'un cancer du sein

Les traitements médicamenteux du cancer du sein sont de trois types : la chimiothérapie anticancéreuse qui bloque la prolifération des cellules cancéreuses ; les traitements hormonaux qui bloquent la croissance des cancers du sein hormonodépendants ; les thérapies ciblées qui agissent sur certains récepteurs nécessaires à la croissance des tumeurs du sein.

La chimiothérapie anticancéreuse dans le traitement du cancer du sein

Dans le contexte du cancer du sein, la chimiothérapie n’est prescrite que dans le traitement des cancers du sein invasifs. Le plus souvent, elle est mise en place entre trois et six semaines après la chirurgie, le temps que le sein cicatrise. Parfois, une chimiothérapie est administrée avant la chirurgie pour diminuer la taille de la tumeur et tester sa sensibilité à ce type de traitement.

En général, la chimiothérapie du cancer du sein consiste en quatre à six séances de perfusion intraveineuse (les « cures ») espacées de trois semaines. Le traitement dure donc entre trois et six mois. Le choix des médicaments utilisés est fonction des caractéristiques de la tumeur.

La pose d'une chambre implantable

Pour faciliter l’administration des cures intraveineuses, il peut être nécessaire de poser une chambre implantable (ou « Port-a-cath ») : un boitier-réservoir est placé sous la peau au niveau de la clavicule, connecté à un tube souple (un cathéter) qui délivre la chimiothérapie directement dans un gros vaisseau sanguin.

Posée sous anesthésie locale ou pendant l'opération destinée à retirer la tumeur ou le sein, la chambre implantable évite les dommages qu'une perfusion intraveineuse « normale » provoquerait au niveau des veines du bras. Il suffit de piquer dans le boitier à travers la peau pour administrer la cure. À la fin du traitement, la chambre implantable est retirée sous anesthésie locale.

Les effets indésirables de la chimiothérapie du cancer du sein

La chimiothérapie agit sur tout l’organisme. Elle peut donc provoquer divers effets indésirables. Ces effets sont variables selon les substances et ne sont heureusement pas tous ressentis par les patientes. Les médecins spécialisés savent aider leurs patientes à prévenir ces effets indésirables à l’aide de traitements spécifiques, et à mieux les supporter lorsqu’ils surviennent. Ces effets indésirables peuvent être :

  • une chute de cheveux pouvant nécessiter le port d’une perruque ;
  • des nausées et des vomissements ;
  • de la fatigue et une anémie ;
  • des diarrhées ;
  • une baisse des défenses immunitaires ;
  • des saignements ;
  • des irritations de la bouche ;
  • des fourmillements dans les pieds et les mains ;
  • des douleurs des muscles et des articulations ;
  • une sécheresse de la peau, en particulier au niveau des paumes des mains et des plantes des pieds ;
  • des règles irrégulières, voire un arrêt des règles.

Les traitements hormonaux contre le cancer du sein

Lorsque la croissance des cellules de la tumeur est stimulée par la présence d’hormones sexuelles (estrogènes et progestérone) (cancers du sein dits « hormonodépendants » ou « hormonosensibles »), le médecin pourra prescrire des médicaments qui bloquent l’action ou la production de ces hormones. Ces médicaments sont administrés sous forme de comprimés.

Il existe plusieurs types de médicaments de ce type :

  • les anti-estrogènes (tamoxifène, torémifène et fulvestrant) qui bloquent l’action de ces hormones ; leurs effets indésirables sont des bouffées de chaleur, la cataracte et des accidents de type thromboembolique (la formation d’un caillot dans les veines pouvant migrer dans d’autres organes).
  • les inhibiteurs de l’aromatase (anastrazole, exémestane, létrozole) qui bloquent la production d’estrogènes par les organes qui les sécrètent. Ces médicaments sont prescrits après la ménopause. Ils exigent une surveillance régulière pour dépister la survenue d’une ostéoporose. Leurs autres effets indésirables sont les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale et les douleurs du vagin et des articulations.
  • les progestatifs (acétate de médroxyprogestérone et acétate de mégestrol) dont les effets indésirables sont la prise de poids, l’hypertension artérielle, le diabète et les troubles vasculaires.
  • les agonistes de la GnRH (goséréline et leuproréline) qui bloquent la production d’hormones sexuelles par les ovaires. Leurs effets indésirables sont les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale, la baisse du désir sexuel et le risque de développer de l’ostéoporose.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi, 18 Septembre 2014

Le symbole
est affiché à droite du nom des médicaments dont certaines présentations sont disponibles sans ordonnance.

Les thérapies ciblées dans le traitement du cancer du sein

Les thérapies ciblées sont des substances qui bloquent de manière très spécifique certains récepteurs situés sur les membranes des cellules. Elles doivent être administrées soit par voie orale (lapatinib), soit par voie intraveineuse toutes les deux à trois semaines (bévacizumab et trastuzumab), avant la chirurgie ou après.

Le bévacizumab (AVASTIN) bloque la croissance des petits vaisseaux sanguins à l’intérieur de la tumeur, la privant ainsi de l’oxygène et des nutriments nécessaires à sa croissance. Il est prescrit dans les cancers du sein métastasés. Ses effets indésirables sont un retard de cicatrisation, de l’hypertension artérielle, de la fatigue, des diarrhées et des maux de ventre, des réactions de type allergique et des atteintes des os des mâchoires.

Le trastuzumab (HERCEPTIN) bloque l’action du récepteur HER2 lorsque celui-ci est activé dans certaines tumeurs du sein (voir Diagnostic). Ses effets indésirables sont les troubles cardiaques et les réactions de type allergique.

Le lapatinib (TYVERB) inhibe une enzyme, la tyrosine kinase, indispensable à de nombreux récepteurs des membranes des cellules, dont HER2. Comme le trastuzumab, il est prescrit contre les cancers du sein où le gène HER2 est activé. Ses effets indésirables sont les troubles cardiaques, les diarrhées et les problèmes de peau, en particulier au niveau des paumes et des plantes des pieds.



 
Envoyer à un ami
  Imprimer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×
logo VIDAL
© VIDAL, 2009-2014.