Accueil > Maladies > Psychisme > Bouffée délirante

Imprimer Envoyer à un ami

Les traitements des bouffées délirantes

Mis à jour : Jeudi, 12 Mars 2009
Sommaire
Bouffée délirante
Les causes des bouffées délirantes
Les traitements des bouffées délirantes

Comment soigne-t-on les bouffées délirantes ?

Toute personne ayant développé une bouffée délirante aigüe (BDA) doit être hospitalisée afin de subir des examens et une recherche des causes de son délire. En l’absence de récidive, un traitement médicamenteux est prescrit, limité à quelques mois. Le malade doit ensuite être suivi pendant un à deux ans pour permettre le dépistage d’une éventuelle évolution.

Dans tous les cas, après une bouffée délirante, l’hospitalisation est indispensable, non seulement pour effectuer un bilan complet et rechercher des causes potentielles, mais aussi pour protéger la personne délirante. Le bilan comporte obligatoirement un examen neurologique et la recherche d’une éventuelle prise de toxiques. Un traitement médicamenteux est ensuite mis en place pour soulager les symptômes. Si la bouffée est sévère et résistante aux traitements, une cure de sismothérapie (électrochocs) peut être prescrite.

Les différents médicaments utilisés

Le traitement d’urgence a pour objectif de faire cesser les délires et de protéger la personne des troubles du comportement qu’ils peuvent provoquer. Les premiers jours, les médicaments sont souvent administrés par injection intramusculaire afin de faire effet plus rapidement. Les médicaments prescrits sont essentiellement des neuroleptiques, choisis en fonction des symptômes observés (un neuroleptique à effet sédatif sera prescrit, par exemple, à un patient très agité). Si d’autres types de symptômes sont présents, comme l’anxiété, d’autres familles de médicaments sont utilisées en association avec les neuroleptiques. 

Quelle est la durée du traitement ?

Le traitement dure en général quelques mois, sauf si les bouffées délirantes se reproduisent. Dans ce cas, il sera prescrit pour une période plus longue. Si le délire disparaît dans les jours qui suivent l’hospitalisation, les doses de neuroleptiques seront diminuées progressivement. Il est nécessaire de continuer le suivi de la personne pendant un à deux ans pour dépister une éventuelle évolution vers la schizophrénie ou les psychoses chroniques. Le dosage des médicaments est réduit progressivement, jusqu’à l’arrêt du traitement.

La psychothérapie est-elle utile pour soigner les bouffées délirantes ?

Au cours de la bouffée délirante, la psychothérapie apporte un soutien. Il faut rassurer le malade et essayer de lui donner des informations sur son état. La personne atteinte peut en effet bénéficier de moments de lucidité pendant son délire. Elle perçoit ce qui lui arrive et peut avoir l’impression de sombrer dans la folie, ce qui la rend très anxieuse. Lorsque les médicaments ont fait leur effet, une psychothérapie peut être nécessaire pour permettre au patient de comprendre ce qui a pu déclencher cet épisode et pour traiter l’état dépressif qui suit souvent la bouffée délirante.

Comment soutenir un proche qui a une bouffée délirante ?

En cas de bouffée délirante d’un proche, il faut essayer, dans la mesure du possible, de ne pas s’affoler et de rassurer la personne atteinte. Mais il faut aussi réagir rapidement et faire hospitaliser le malade, même s’il n’est pas d’accord. La bouffée délirante est une urgence psychiatrique, car le malade peut être dangereux pour lui-même et pour les autres. Si nécessaire, une hospitalisation sans le consentement de l’intéressé peut être demandée par un tiers. Par la suite, la famille doit aider le patient à respecter son suivi médical et psychothérapeutique.

Après un tel épisode, la personne peut avoir peur qu’une autre bouffée délirante ne se produise. Il faut en parler avec elle et la rassurer en lui rappelant que, dans la plupart des cas, il n’y a pas de récidive. Enfin, les proches doivent insister sur la nécessité d’un suivi médical et psychothérapeutique régulier, afin d’éviter l’apparition de nouvelles bouffées. 



 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×
logo VIDAL
© VIDAL, 2009-2014.