Accueil > Maladies > Psychisme > Insomnie

Envoyer à un ami
  Imprimer

Insomnie

Mis à jour : Vendredi, 27 Juin 2014
Sommaire
Insomnie
Qu'est-ce que bien dormir ?
Ai-je des troubles du sommeil ?
Les complications de l’insomnie
Que faire pour mieux dormir ?
Les compléments alimentaires contre les insomnies
La phytothérapie dans le traitement des insomnies
Les médicaments de l’insomnie
Bien utiliser les somnifères
L’insomnie chez l’enfant
Que faire quand un enfant dort mal ?

Parmi les troubles du sommeil, l’insomnie est le trouble le plus fréquemment rencontré. Si la majorité des insomnies est liée à des problèmes relativement bénins, les troubles du sommeil peuvent, parfois, être le signe d’une maladie. Quand les troubles du sommeil se prolongent, ils ont des répercussions négatives sur la santé physique et psychique. Il ne faut pas hésiter alors à consulter un médecin.

insomnie

Un Français sur trois déclare souffrir d’insomnie. Mais seuls ceux qui ressentent les conséquences du manque de sommeil telles que fatigue, difficultés de concentration, irritabilité ou troubles de la mémoire en souffrent réellement. Celui qui est en pleine forme au lendemain de courtes nuits est probablement un petit dormeur qui s’ignore.

L’insomnie chronique touche près de 20 % de la population française. Elle est sévère dans 6 à 9 % des cas.

    Il convient de différencier plusieurs types d’insomnie :
  • L’insomnie d’endormissement  : c’est la plus fréquente. La personne se couche à une heure habituelle, et une ou deux heures plus tard, elle n’a toujours pas trouvé le sommeil.
  • L’insomnie de milieu de nuit  : la personne se réveille dans la nuit, une ou plusieurs fois, et a des difficultés pour se rendormir.
  • L’insomnie du petit matin  : la personne s’endort sans problème, mais se réveille vers quatre ou cinq heures du matin, et il lui est impossible de retrouver le sommeil.
  • L’insomnie totale  : ce type d’insomnie est beaucoup plus rare. La personne reste éveillée toute la nuit.

On observe également chez certaines personnes une inversion du rythme de sommeil : elles dorment le jour, mais pas la nuit.

Quelles sont les causes de l’insomnie ?

L’anxiété et le stress sont les premières causes d’un mauvais sommeil, ainsi que les facteurs liés à l’environnement (bruit, déménagement, etc.). Parfois, d’autres problèmes peuvent provoquer des troubles du sommeil, tels que les ronflements, les douleurs, une mauvaise literie, des excès de caféine ou d’alcool.

Si la grande majorité des insomnies sont liées à des perturbations psychologiques relativement bénignes, les troubles du sommeil peuvent être le signal d’une maladie physique. Ils peuvent alerter sur le diabète, par exemple, l’hyperthyroïdie, une maladie infectieuse, des problèmes cardiovasculaires, des troubles neurologiques ou de l’arthrose. Il est donc nécessaire de rechercher ces maladies lorsque le sommeil est perturbé.

Certains médicaments, tels que les corticoïdes ou certains décongestionnants, de même que la nicotine, peuvent être responsables d’insomnie. N’oubliez pas de signaler vos traitements en cours. Enfin, l’insomnie peut se révéler comme l’un des symptômes d’une autre maladie psychique. L’insomnie de milieu et de fin de nuit sont ainsi caractéristiques des dépressions.

Enfin, des troubles du rythme veille-sommeil peuvent apparaître chez des personnes soumises au décalage horaire, ou qui travaillent de nuit (travail par équipes, personnel soignant).

Grossesse et insomnie

Chez la femme enceinte, l’insomnie se manifeste plutôt pendant le troisième trimestre. Crampes, mal de dos, envie d’uriner, position inconfortable, mouvements du bébé, inquiétudes liées à l’accouchement… les raisons sont nombreuses pour moins bien dormir. Les réveils nocturnes se multiplient avec des difficultés à retrouver le sommeil. Ces insomnies, même si elles sont désagréables, n’ont pas d’effet sur le développement du fœtus. Néanmoins, il est préférable de ne pas accumuler de fatigue à la veille de l’arrivée de bébé. Quelques mesures simples peuvent aider à améliorer le sommeil pendant la grossesse.

  • Pour dormir plus confortablement, allongez-vous sur le côté gauche pour faciliter la circulation sanguine des jambes vers le cœur, ce qui peut éviter les crampes. Placez un oreiller entre vos genoux ou sous votre ventre. Il est également possible de dormir de trois-quart sur le ventre avec une jambe repliée.
  • Evitez de boire dans les heures qui précèdent le coucher et prenez le temps de bien vider votre vessie avant d’aller au lit.
  • Surélevez légèrement le bas de votre lit (sauf si vous souffrez de reflux acides).
  • Appliquez les règles générales du mieux-dormir : dîner léger, rituels du coucher, moment de relaxation avant d’aller au lit, activité physique adaptée dans la journée, réduction de la consommation de caféine, etc.

Attention, si vous êtes enceinte ou si vous allaitez, ne prenez jamais de médicament contre les insomnies, même ceux disponibles sans ordonnance ou ceux à base de plantes. Si vos troubles du sommeil deviennent trop handicapants, consultez votre médecin.



 
Envoyer à un ami
  Imprimer
logo VIDAL
© VIDAL, 2009-2014.