Envoyer à un ami
  Imprimer

Oméga-6 (acide gamma-linolénique, acide linoléique)

Mis à jour : Lundi, 18 Août 2014

L’acide gamma-linolénique (GLA) et l’acide linoléique sont les acides gras essentiels oméga-6 les plus répandus dans les produits végétaux. Dans l’organisme, le GLA peut être synthétisé à partir de l’acide linoléique, et servir à la production d’EPA ou acide eicosapentaénoïque.

Décision des autorités de santé européennes

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des aliments et des compléments alimentaires contenant des acides gras oméga-6.

Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que les produits qui contiennent de l’acide linoléique peuvent prétendre :

  • contribuer au maintien de taux sanguins de cholestérol normaux si et seulement si ces produits apportent au moins 1,5 grammes d’acide linoléique pour 100 grammes et 100 kcal d’aliment, et si la personne ingère au moins 10 grammes d’acide linoléique par jour ;
  • être nécessaire à la croissance et au développement normal des enfants si et seulement si ces produits apportent au moins une dose quotidienne de 10 grammes d’acide linoléique associée à une dose quotidienne de 2 grammes d’acide alpha-linolénique (ALA, oméga-3).

Par contre, les aliments et les compléments alimentaires contenant de l’acide linoléique ne peuvent PAS prétendre :

  • être important pour le fonctionnement du système immunitaire ;
  • être important pour la santé des vaisseaux sanguins ;
  • contribuer au développement intellectuel ;
  • soulager les yeux secs (en association avec le GLA).

De plus, les aliments et les compléments alimentaires contenant de l’acide gamma-linolénique (GLA) ne peuvent PAS prétendre :

  • contribuer au fonctionnement normal du système immunitaire, ou réduire l’inflammation ;
  • contribuer aux fonctions intellectuelles normales, en particulier chez les personnes âgées ;
  • contribuer au développement des yeux ou du cerveau chez l’enfant ;
  • maintenir des taux sanguins de cholestérol normaux, contribuer à la santé cardiovasculaire ou normaliser la pression artérielle ;
  • améliorer la mobilité des articulations ;
  • favoriser l’attention et la concentration, ou favoriser l’apprentissage et la mémorisation ;
  • maintenir la santé et la solidité des os, ou favoriser l’absorption du calcium par l’intestin ;
  • maintenir la souplesse, l’hydratation ou le bon état de la peau, ou soulager les irritations de la peau ;
  • contribuer à maintenir ou à réduire le poids ;
  • contribuer à soulager l’inconfort menstruel, les règles douloureuses ou le syndrome prémenstruel, ou contribuer à l’équilibre hormonal ;
  • favoriser la circulation périphérique (pour lutter contre les mains et les pieds froids) ;
  • être nécessaire au bon fonctionnement des membranes cellulaires.

Ces revendications d’effet sont désormais interdites.

Usages et propriétés supposées des oméga-6

huile de tournesol

Parce qu’il permet la synthèse d’EPA, le GLA est proposé de la même manière pour lutter contre la polyarthrite rhumatoïde et les maladies inflammatoires (arthrose) ainsi que pour diminuer les concentrations de triglycérides dans le sang. Il est également proposé pour soulager l’eczéma et pour améliorer l’état de santé des personnes atteintes de certains cancers.

Qu'est-ce que le rapport oméga-6 / oméga-3 ?

Il est généralement admis que, pour une bonne santé cardiovasculaire, nous devrions consommer cinq fois plus d'acides gras oméga-6 que d'acides gras oméga-3. Aujourd'hui, nous en consommons, en moyenne, quinze fois plus !

Cette situation s'explique en partie par le fait que, pour l'alimentation humaine comme pour l'alimentation animale, les aliments riches en oméga-6, tels que tournesol, soja et maïs, ont été privilégiés pendant des dizaines d'années. De ce fait, les viandes, les œufs et les produits laitiers que nous mangeons contiennent beaucoup d'oméga-6. Récemment, des plantes riches en oméga-3, comme le colza, la luzerne et les graines de lin, ont été réintroduites dans l'alimentation de certains animaux d'élevage pour rééquilibrer cette situation.

Quelle efficacité pour les oméga-6 ?

Dans quelques études cliniques, l'administration, pendant trois à six mois, d’huile de bourrache riche en GLA a semblé réduire les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde et de l’arthrose. D'autres études, plus longues et de plus grande taille, sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Les effets du GLA sur les triglycérides et sur l’eczéma sont encore incertains. Enfin, plusieurs essais sont en cours concernant l’utilisation du GLA dans le traitement de certaines tumeurs du cerveau, les gliomes.

Précautions à prendre avec les oméga-6

La prise de grandes quantités de GLA par les femmes enceintes, par celles qui allaitent, ainsi que par les enfants, doit se faire sous contrôle médical.

Comme pour l'ensemble des acides gras essentiels, les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants (fluidifiants du sang) ainsi que celles qui vont subir une opération chirurgicale doivent limiter leur consommation d'huiles riches en GLA.

Origine, formes et dosage des oméga-6

L’acide linoléique se trouve en grande quantité dans les huiles de tournesol, de soja, de noix, de chanvre, de pépins de raisin et de carthame (Carthamus tinctorius). Le GLA se trouve surtout dans les huiles de bourrache (Borago officinalis), de pépins de cassis, d’onagre (Oenothera biennis), d’argan (Argania spinosa) et de chanvre. Ces huiles se présentent telles quelles ou conditionnées en capsules molles associées à un antioxydant, le plus souvent de la vitamine E, pour éviter qu’elles ne rancissent.

L’apport alimentaire d’acide gras oméga-6 conseillé est de 11 g par jour chez l’homme et de 8,5 g par jour chez la femme. Une cuillerée à soupe d’huile de noix apporte environ 9 g d’acides gras oméga-6 et une cuillerée à soupe d’huile de tournesol, 10 g. Les études sur la polyarthrite rhumatoïde ont utilisé des doses d’environ 0,5 g par jour de GLA, soit 2 g d’huile de bourrache ou 6 g d’huile d’onagre.

Teneur en GLA de quelques huiles végétales
Bourrache 24 %
Pépins de cassis 18 %
Onagre 8 %
Chanvre 2 %
L'avis du spécialiste sur les oméga-6

Nos apports en acides gras oméga-6 sont généralement suffisants. L'attention doit plutôt se tourner vers les apports en acides gras oméga-3.

Sources : EU Register on nutrition and health claims, EFSA, 2014.
PDR for Nutritional Supplements, Thomson Healthcare, 2001.

 
Envoyer à un ami
  Imprimer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×
logo VIDAL
© VIDAL, 2009-2014.